LE DRUIDISME

Livre : La Cabbale d’émeraude et le sentier généalogique de la Création

extrait 1

Prix : 11 €  achat sur 

La Cabbale d’émeraude et le sentier généalogique de la Création

Au-delà de leurs rôles de messagers divins dans les plans intermédiaires, les éléments sont revêtus d’un caractère des plus sacrés lorsqu’ils siègent à leur place originelle, soit dans l’œuf d’or en position suprême (Kéther, séphirah sommitale de l’arbre cabbalistique), soit au sein de la calebasse de la Mère (Daath, séphirah invisible). Entre le plan émanatif et le plan créatif (dans la cabbale classique en une décade) demeure la mystérieuse non-séphirah de la Connaissance, Daath, que je préfère nommer « séphirah invisible». C’est le niveau de l’Esprit Saint, du dieu humain, autrement dit de l’homme céleste figurant l’intermédiaire privilégié entre le divin et la nature (céleste et terrestre). Avec Daath, le plan émanatif apparaît alors schématiquement sous forme quadripolaire: l’œuf (la lumière), le Ciel, la Terre, et le dieu humain.

La Cabbale d’émeraude et le sentier généalogique de la Création

Le Ciel s’étend en sept cieux évoquant les sept grandes demeures du plan créatif, la Terre en sept fréquences caractérisant les sept petites demeures du plan formatif, et l’être humain déploie sa lumière en un arc-en-ciel, symbole de ses sept âmes. Si le Ciel et la Terre, la création et les créatures s’appréhendent au moyen des sens extérieurs, alors nous percevons le monde d’Asiah, semblable au samsara védique, monde ordinaire de l’existence limité dans l’espace et le temps. Dans l’étude de l’arbre cabbalistique, l’on se doit de toujours garder à l’esprit le schéma cabbalistique qui précède et ses explications, qui agiront telles une boussole ou une étoile magique, afin de ne pas s’égarer ou se heurter devant les apparentes difficultés dues aux multiples géométries qui présentent différemment les mondes et leurs caractéristiques.

< Livre précédent extrait 2 >

Copyright © 2020 Gilles Gablain.