LE DRUIDISME

Livre : Dans la lumière des druides

extrait 3

Prix : 26 €  achat sur 

Dans la lumière des druides

Au temps jadis, les énergies des éléments et des forêts furent utilisées pour des combats magiques, prenant corps parfois dans le rêve, parfois dans la réalité. La mythologie celtodruidique contient ses héros à la roue, ou héros combattant par la roue et se transformant eux-mêmes en roues. Par exemple, le héros Cûchulainn reçut d’un guerrier une roue et devait traverser la plaine comme cette roue ; pour exécuter cette tâche, il se transforma lui-même en roue. Il existait également en Gaule des représentations d’un dieu à la roue, souvent associé au dieu du ciel et du tonnerre par les historiens.

Il est fascinant d’imaginer le druide découvrir tout d’abord les bienfaits physiologiques et énergétiques d’une roue chromatique ou enflammée avant d’en entrevoir l’usage pratique et matériel.



Dans la lumière des druides

Je comprends que sans les explications phosphéniques, d’aucuns puissent se demander ce que « boutiquaient » ces fameux druides avec leurs forêts et leurs roues. Les roues retrouvées en Bretagne, instruments souvent dotés de clochettes au bout de chacun des douze rayons, indiquent une autre forme d’usage. Il n’y a pas d’éclair sans tonnerre, point de lumière sans son et « le verbe était lumière ». La production de sons blancs par les clochettes permettait de développer sa pensée rotatoire au sein des acouphènes. De fait, la connaissance des phénomènes lumineux et de l’énergie sous-entendait pour les druides une connaissance très élaborée des sons et de leurs effets puissants jusque dans la matière. N’oublions pas la lyre d’Apollon et les pouvoirs de la harpe dans la mythologie celtique, instrument magique qui est aussi l’art privilégié du Dagda, qui sait jouer les trois airs magiques procurant sommeil, joie, ou mélancolie.

< extrait 2 Livre suivant >

Copyright © 2020-2021 Gilles Gablain.